Accueil » Formation » Professionalisation

Professionalisation

Projet de thèse

Les étudiants qui souhaitent poursuivre des études doctorales après le M2 préparent au cours du second semestre un projet de recherche, avec l’aide d’un tuteur, membre de l’équipe pédagogique du Master. Ce projet, de l’ordre d’une vingtaine de pages, présente le sujet et la problématique, propose un « état de l’art » relatif à la thématique abordée, recense les sources qui seront utilisées, présente le cadre théorique et les méthodes de travail qui seront adoptées, et enfin propose un calendrier d’avancement du travail sur la période de 3 ans prévue pour l’achèvement du doctorat. Le projet est soutenu oralement devant le jury du Master SDT-Géoprisme.

Ce projet, éventuellement amendé, est ensuite examiné par la commission d’admission de l’école doctorale. Les candidatures à des financements  (allocations du Ministère de la Recherche et bourses proposées par divers organismes publics, para-publics ou privés) impliquent également la soumission de ce type de document. Pour cette raison, l’étudiant doit absolument s’assurer de la faisabilité du sujet dans le délai de 3 ans réglementaire et de son inscription dans un domaine de recherche  prioritaire et fléché.

Mémoire de fin d’études

Les étudiants qui ne souhaitent pas poursuivre en doctorat peuvent achever leur cursus de Master par un mémoire de fin d’études. Ce travail, de 50-60 pages, constitue une synthèse produite sur un sujet original, rédigée sous la direction d’un tuteur, membre de l’équipe pédagogique. Il doit démontrer les qualités qui seraient attendues d’un chargé de projet ou d’un chargé de recherches. Il peut, dans une optique professionnalisante, s’appuyer sur un stage en entreprise, en collectivité ou dans tout autre organisme d’accueil. Le mémoire de fin d’études est validé par une soutenance orale, dans les mêmes conditions que le projet de thèse. Si le mémoire s’est appuyé sur un stage, le maître de stage est invité à siéger parmi les membres du jury.

Cursus international

Les étudiants peuvent passer une partie de leur cursus dans des formations de Master ou dans des écoles doctorales d’autres universités européennes. Ils peuvent y suivre des cours, des séminaires et trouver une base logistique pour un travail de documentation ou de terrain. Géoprisme entretient des relations privilégiées avec plusieurs formations, comme le Master Planificación Territorial y Desarrollo Regional, de l’université de Barcelone (UB) ou Geografia dello sviluppo e delle dinamiche urbano-regionali, de l’Istituto Universitario Oriental (Naples). D’autres collaborations sont possibles (Madrid, Bologne, Milan, Turin, Glasgow, Manchester, Dublin, etc). Le séjour à l’étranger est validé dans les mêmes conditions que le cursus français (selon une équivalence de 30 crédits –ECTS- par semestre).

Stages

Chaque année, 4 à 6 étudiants du Master 2 GéoPrisme préparent au second semestre un rapport de stage. La durée des stages est variable (3 à 4 mois généralement) et la soutenance se fait en présence de l’encadrant choisi parmi l’équipe pédagogique et du tuteur de stage [en savoir plus…].


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :